Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2018

UNE SOLUTION AU CONFLIT ISRAEL PALESTINE

Voici une, que dis-je, LA, solution pour le moyen orient. C'est gratuit, c'est de la charité laïque, ne me remerciez pas, c'est uniquement par amour de mon prochain. 

 

3 lignes d'histoire. 

 

Souvenez-vous, nos ancêtres y étaient et nous ont raconté : les Turcs conquièrent Jérusalem en 1078 et détruisent l'Eglise catholique du Saint Sépulcre, ce qui déclenchent les croisades. Au cours des croisades, les massacres vont bon train. En 1099, après un siège de 40 jours, les croisés reprennent la ville. Mais Saladin la reprend un siècle plus tard. Et la la la, elle n'est plus revenue au chrétiens depuis, malgré d'autres croisades et le bon roi Saint Louis, qui est devenu, pour son plus grand honneur, une excellente marque de sucre raffiné, raffinés comme les saints massacres.

 

On pourrait remonter plus avant dans l'histoire de la ville, qui fut aux juifs, mais c'est inutile en l'occurence, le but n'étant pas de déterminer la paternité d'un lieu qui appartient à Dieu. toutes les religions se sont ridiculisées en voulant s'accaparer un lieu qui devrait être décrété lieu de l'humanité, un peu comme le sont les centres des océans. Passons. 

 

Les juifs sont tyrannisés partout en Europe au cours des siècles. Donc, ils vont en Palestine, jusqu'à y devenir majoritaires à la fin du XIXe siècle. L'état d'Israel est créé en 1948 et depuis, Jérusalem est le lieu, prétendument saint, pour lequel on se bat, religieusement donc. On se moquait de la guerre de Cent ans, on en est aux trois quarts, courage. 

 

Evidemment, on pourrait estimer que les massacres saints ont assez duré en ce lieu saint. a ce propos, je pose une question : est-on vraiment croyant quand on est en guerre sainte ? Pour moi, c'est un mystère, aussi profond que le mystère de la foi. Autant, je respecte la foi, autant j'ai du mal avec ses excroissances belliqueuses. 

 

bon, donc, comme personne ne parvient à trouver une façon d'arrêter le cycle infernal de ce lieu dit saint, il a fallu que je m'y colle, il faut bien que quelqu'un sacrifie ses vacances pour la paix du monde... Appelez-moi Jésus et n'en parlons plus. 

 

Voici. que les chrétiens entrent officiellement en guerre, par la voie de leurs autorités respectives, cathos, protestants et orthodoxes, qu'ils entrent en guerre contre... Ah oui, contre qui ? contre les islamisants ou contre les judaïsants ? Le mieux est de tirer au sort. En tout cas, une chose est sûre, il faut de nouvelles croisades, il faut que les chrétiens soient le ballon d'oxygène du conflit israélo arabe, qu'ils se sacrifient ou qu'ils aillent donner une bonne série de bouillons aux belligérants, des bouillons à la Godefroy. 

 

Si les chrétiens entrent dans le conflit de façon claire, je suis certain que, après un moment de flou, les tensions vont s'apaiser. Pourquoi ? C'est simple. On dit que Jérusalem est une ville 3 fois sainte. Je veux bien, une fois me paraît déjà de trop, mais bon. Si les chrétiens se battent aux côtés des, ou contre les autres, peu importe d'ailleurs, la totalité des religions monothéistes sera présente sur les lieux, c'est ça l'important, car Dieu en profitera forcément pour les réunir dans son amour et les réconcilier. Et hop, terminé. 

 

Suivez bien le raisonnement. Il est impensable que, si les 3 religions se font une guerre, sainte, sur place, il est inimaginable donc que dieu ne s'en trouve pas ému et ne les réunisse pas au creux de sa main charitable pour les bénir et les réconcilier, jusqu'à la fin des temps. Les juifs, les premiers à avoir invoqué son nom, puis les chrétiens, vers l'an 0 à peu près, puis les islamisants, vers l'an 700 environ, tous ont invoqué Dieu en l'appelant, ou en refusant de le nommer d'ailleurs, on est superstitieux des fois... Tous se sont réclamés de lui. Il n'y a que lui qui ne réclame rien, absolument rien apparemment, un terrible rien d'ailleurs, qui brouille un peu les pistes, dans ces contrées où le soleil et le sable brouillent grandement les esprits. Au fait, si la Palestine était au Pole nord, est-ce que les belligérants n'auraient pas d'autres occupations plus... plus vitales, que de se faire la guerre. Passons. 

 

Voici donc mon message d'espoir. Que les chrétiens entrent en guerre, que tous les croyants, tous, se réunissent à Jérusalem, ils seront réconciliés par dieu à la pentecôte, il ne peut pas, je dis bien il ne peut pas, en être autrement. 

 

Evidemment, si dieu lui-même se désintéresse de la chose, alors je suggère ceci : que les croyants laissent tomber la ville sainte, qu'ils arrêtent de se battre pour 3 cailloux et un peu de sable, et qu'ils privilégient un peu plus la vie humaine, celle des enfants par exemple, à qui il devient urgent de montrer les voies de la paix. 

 

Puis je suggère qu'on vitrifie Jérusalem, qu'on en fasse un globe de verre gigantesque, avec quelques flocons à l'intérieur, ça amusera les enfants et les touristes viendront le photographier pour Noël. 

 

bref, si dieu ne montre pas la Voie, que les hommes s'en chargent, mais sans se référer à lui. 

10/09/2015

T'es pas un peu aveugle, toi ?

Je marche tranquillement dans la rue longeant le château de Saumur, en direction de la place st Pierre. Je traverse cette petite rue calme pour obliquer, quand une voix féminine m'interpelle : attention Monsieur, il pourrait y avoir une voiture. Je dis merci. La voix me demande vous allez par où ? Pourquoi ne pas répondre, je ne m'inquiète pas, il y a quelques années que j'ai cessé mes affaires mafieuses. Je vais prendre la rue Montesquieu, c'est bien celle-ci ? Ah non, me dit-elle, c'est celle-là. Par là ? Non, par là. Voyant que je me tournais un peu trop à droite, elle prend mon bras et me positionne dans l'axe. Merci, dis-je, en prenant la direction indiquée. Attention aux voitures, me lâche-t-elle en guise d'au-revoir. Je redémarre, confiant, je fais 2 pas et ma canne heurte bruyamment une voiture en stationnement, pile dans l'axe indiqué. Un peu plus loin, sans rapport, un homme souffle de l'autre côté de la rue : vous voulez de l'aide ? N'étant pas certain que cette proposition s'adresse à moi, je stoppe et demande pardon ? Vous voulez que je vous accompagne ? Ah, non, dis-je, c'est gentil, merci beaucoup, c'est mon chemin. Vous n'avez pas besoin d'aide, ajoute-t-il en s'approchant ? Non, merci, tout va bien mais c'est très sympathique de votre part de me le proposer. Il a une seconde d'hésitation puis s'éloigne en bougonnant : pfft pas besoin d'aide… pfffft Que s'est-il passé dans ces cerveaux-là à ces moments-là ? Mystère. Heureusement, en rentrant, j'ai entendu Jacques Attali parler de son dernier livre et de sa méthode pour prévoir (et non pas prédire ou connaître) l'avenir, le sien, le nôtre, le leur. C'était réjouissant. Je n'ai pas retenu les cinq règles à observer mais elles m'ont paru de nature à s'assimiler aisément, le résultat étant lié ensuite à la capacité ou plutôt à l'habitude qu'il faudra acquérir d'écrire son avenir à partir de ces cinq règles, afin de le prévoir, tout en influant sur lui par l'effet de notre volonté. J'aimerais organiser un débat entre lui et Edgar Morin, qui, à 94 ans, m'a scotché sur mon tabouret tam-tam par sa célérité intellectuelle, tout en ne me donnant pas de clé pour penser mon avenir. Alors, vous deux, aidez-moi à penser complexe et réfléchir futur, ça me distraira du temps qu'il fait et des chagrins d'amour.

19:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : aveugle, complexe, prévoir

03/02/2013

Si vous diffusez de la musique dans votre local professionnel, vous êtes redevable d'une taxe à la SACEM. Logique. Son montant dépend de l'organisation générale des stages, de danse ou autre, de la superficie des locaux, nombre de stagiaires, de professeu

Si vous diffusez de la musique dans votre local professionnel, vous êtes redevable d'une taxe à la SACEM. Logique. Son montant dépend de l'organisation générale des stages, de danse ou autre, de la superficie des locaux, nombre de stagiaires, de professeurs, de séances par jour et hebdomadaires et par an, jours d'ouverture, diffusion de musique dans les couloirs, les toilettes, les vestiaires.. .Mais aussi, ce qu'on sait moins, s'il y a synchronisation entre les mouvements demandés aux stagiaires et la musique diffusée. Dans ce cas, ce sera un peu plus cher, la redevance !

 
En revanche, s'il n'y a pas synchro, il sera considéré que la musique est moins insérée dans l'outil de travail, donc la redevance sera moins élevée. 
 
J'ai une pensée émue pour  les contrôleurs de ce genre de dispositions.

12:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

10/01/2013

TAXI EN GREVE, POURQUOI ?

On parle des taxis à Paris, dans les grandes villes. On ne parle pas assez des villes moyennes, où les taxis, peu nombreux, refusent d'augmenter leur nombre. Comme par ailleurs ils sont très occupés par le transport des malades, qui leur rapporte, inutile de chercher un taxi pour une course modeste.

 

Et je ne vous parle pas des jours fériés, des nuits. Et je ne vous parle pas des nuits précédant les jours fériés ! Non plus que les jours de pluie !

 

Les taxis c'est justement fait pour les courses modestes, les déplacements urbains urgents, pas pour le transport spécialisé. Il faut que la mère qui a une panne de" voiture puisse appeler un taxi in extremis pour accompagner ses enfants à l'école. Il faut qu'on puisse être sûr d'avoir au moins un taxi quand on débarque à la gare un soir. Il faut pouvoir appeler un taxi à n'importe quelle heure si on en a besoin, sans s'entendre dire "moi je ne peux pas, essayer mon collègue"... celui qu'on vient d'appeler justement...

 

Il ne faut plus qu'on entende à l'autre bout: "oui, c'est pour aller où ?" On sait bien que si ce n'est pas une course "intéressante" on aura droit à un refus.

 

Il faut informer les patrons taxis du contenu de la réforme, évidemment, mais la réforme doit se faire car même ceux qui n'ont pas de véhicule personnel ont droit à la libre circulation.

20:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : taxi